Comment gérer le stress quand il devient trop intense ?

Une question de Mandy

Comment gérer le stress quand il devient trop intense ?

Un petit coup de stress peut être salutaire (j’anticipe le contenu potentiel de certaines réponses) mais quand il devient paralysant, vous faites quoi ?

Là, en l’occurrence, ça concerne les examens (de manière générale je suis très zen comme nana, mais la moindre interro est juste un cauchemar d’anxiété), et la seule vue de mes classeurs me file la nausée.

Je me doute bien qu’il doit y avoir des ressorts psychologiques mais je ne me vois pas consulter un psy.

Du coup, qu’est ce qu’il reste ?

Des sédatifs, la drogue, le yoga, le saut en parachute ?

La meilleure réponse :

Bonjour,

Le type de stress dont tu parles est une forme d’angoisse qui s’enracine en amont d’un examen et prend une ascendance lente croissante, jusqu’à devenir difficilement supportable quelques instants avant ledit contrôle et se transformer presque en crise de panique.

Pour essayer de lutter contre cet état d’angoisse, il faut le combattre dès le début pour ne pas le laisser se développer à sa guise et devenir aussi grand.

Au début c’est un simple souci passager, puis une légère inquiétude qui se transforme en préoccupation ancrée avant de devenir anxiété et angoisse.

Il faut travailler cela dès le début du développement, quand il est souci.

– Comment ?
{ conditionnement mental }
. Par une juste relativisation de l’enjeu (après cet exam, la Terre ne s’arrête pas de tourner)
. Par une appropriation positive du contrôle (avec ce que je sais, je vais me défouler sur la copie !)
. Par repère comparatif au groupe (si moi j’hésite, alors pour lui/elle ça va être la panne sèche !)
. Par appel à la la confiance (j’ai toujours trouvé le bon truc pour m’en sortir…)
. Eviter la saturation psychique (période de repos, musique, divertissements, etc.)
. Encouragement collectif (en parler aux amis/amies et essayer de voir leur stress)

{ conditionnement physique }
. Avoir suffisamment sommeil
. Essayer quelques exercices physiques-détente plein air (marche-ballade)
. Travailler très souvent la respiration (oxygénation du sang)
. Nourriture: plein de vitamines juste en amont!
. Peut-être quelques tranquillisants naturels à base de plantes. (à voir)
*Rappel: ces conditionnements doivent se faire très en amont pour pas laisser grandir l’inquiétude.

Il y aurait d’autres méthodes mais trop difficiles à mettre en oeuvre car elles demandent un apprentissage et une pratique accompagnée et suivie:
ex: sophrologie, relaxation.

A proscrire: chimie pharmaceutique (sédatifs et autres…) qui cassent la tonicité mentale.

Propulsé par Yahoo! Q&R

Tagged As: , , ,