Qui peut m’aider à rédiger une dissertation : « Mémoires du Cardinal de Retz » ?

Une question de Claire

Qui peut m’aider à rédiger une dissertation : « Mémoires du Cardinal de Retz » ?

Je dois faire dans une semaine une dissertation sur le livre les « Mémoires de Cardinal de Retz ». Je dois la rédiger en commençant par un propos de Roger Zuber :  » La plupart du temps il veut séduire, et séduire sur le champ. Son écriture, alors, se met à minauder: archaïsmes, farces faciles […], portraits […] et tableautins surtout viennent parer le déroulement du récit d’une certaine bimbeloterie. La principale parure est dans le rôle que se donne l’auteur. […]. Retz se met en avant et prend des poses avantageuses, […]. On le prend pour un conspirateur. c’est bien parce qu’il l’a voulu et que ce personnage lui paraissait flatteur. Ce n’est pas un élément de la relation des faits. c’est un masque qu’il a choisi parce qu’il lui plaisait de se mettre au centre d’un roman d’aventures ». Merci beaucoup à qui me peut aider à rédiger cette dissertation!
Je ne cherche pas quelqu’un qui fasse la dissertation à ma place. Je cherche seulement quelqu’un qui puisse m’aider à mieux comprendre l’oeuvre et le propos de Zuber. Je suis une étudiante étrangère qui étudie en France, donc je trouve des difficultés. Voilà.

Un appui :

Je n’ai pas l’intention de faire votre devoir car vous êtes l’étudiant et votre responsabilité est d’étudier. Cependant, j’aimerais vous préciser que Les Mémoires de Retz ont d’abord un intérêt historique. Nous y voyons ce que fut la Fronde au dire d’un de ses témoins les plus avisés : d’un côté un fantoche, Mazarin, qui a pour lui la reine et par conséquent l’autorité, de l’autre des princes et des parlementaires, des hommes vigoureux et brillants, qui n’arrivent à rien parce qu’ils sont impuissants à concilier leurs égoïsmes; à leur suite, un peuple excité, qui ne sait pas pourquoi il se bat; de scènes cruelles, des scènes bouffonnes, un carnaval sanglant.

Les Mémoires ont aussi un intérêt psychologique, car ils nous font connaître les âmes de ce temps, et en particulier celle de Retz. Le cardinal s’y est peint à nous avec une franchise cynique qui ne dissimule aucune vilenie; il étale ses fautes, ses bassesses et ses crimes, voire même son hypocrisie consciente, voulue, préméditée. Pourquoi Retz s’est-il ainsi accuse lui-même publiquement ? Ce n’est pas certes pour s’humilier de ses fautes, il en est fier et il en rit. Il est vraisemblable qu’il y a dans cette attitude toute une philosophie. Retz semble nous dire : voila ce que je fus, et je valais au moins autant que mes contemporains; quels misérables que ces hommes qui font semblant d’être vertueux ! Ainsi le livre de Retz se rapprocherait des Maximes de La Rochefoucauld.

Finalement, Les Mémoires ont un intérêt littéraire. L’art de Retz qui ne semble pas calculé, est séduisant. Sans doute bien des pages sont obscures, compliquées, fatigantes. Mais après un exposé d’intrigue qui n’en finit plus, tout d’un coup, une réflexion éclate, incisive, concentrée, définitive; un récit s’organise, ironique, bouffon comme une farce; un portrait se dégage, net, pittoresque, parlant. Retz n’est pas un classique discipliné; il écrit au hasard de sa verve; mais sa verve est savoureuse et ne lasse pas.

Propulsé par Yahoo! Q&R

Tagged As: , , , ,